Skip to content

Les Tombeaux Saadiens


Cette nécropole royale, déjà utilisée au début du XIVème siècle, fut considérablement agrandie et embellie par Ahmed "le Doré", qui y fit inhumer sa mère, Lalla Messaouda, en 1591. La simplicité du jardin contribue à l'atmosphère de recueillement que l'on ressent dès le premier abord. La finesse de la décoration contraste avec la robustesse de ces colonnes.


Marrakech photo Les Tombeaux Saadiens

Situé à côté de la mosquée de la Kasbah, les tombeaux des saâdiens sont un des seuls vestiges restant de la dynastie saâdienne qui régna sur l’age d’or de Marrakech entre 1524 à 1659. Au début du 18° siècle, le sultan Moulay Ismaïl avait en effet décidé de faire disparaître toutes traces de la magnificence de cette dynastie en demandant la destruction de tous les vestiges restant. Il n’osa toutefois pas commettre le sacrilège de détruire leurs sépultures et ordonna que l’on mure l’entrée de la nécropole. Le secret demeura bien gardé jusqu’en 1917, date de la redécouverte de l’emplacement des tombeaux saâdiens.
Bien que cette nécropole royale fut utilisés dès le début du 14° siècle, sa splendeur remonte au 16° siècle avec l’inhumation du prince Mohamed Cheikh en 1557. Son fils Ahmed El Mansour, également connu comme Ahmed « le doré », fit agrandir et embellir l’emplacement en y faisant construire le koubba « Lalla Mesouada » du nom de sa mère. Lalla Messaouda y fut inhumée en 1591 ainsi que les 3 successeurs du sultan.
Le mausolée le plus prestigieux est la salle des douze colonnes. Cette salle abrite la tombe du sultan fils Ahmed El Mansour. Les plafonds en cèdre et les stucs sont finement travaillés, les sépultures y sont en marbre de Carrare. Certaines tombes arborent une épitaphe poétique. Celle de la princesse Zorha est magnifique : "Voici la tombe de la noble dame, nouvelle lune, merveille des vertus."
La visite des différents mausolées se fait au travers d’un jardin minimaliste nicher entre différents bâtiments.